Histoire de Vaud'herland

"La situation de ce village est dans un petit valon sur le grand chemin de Paris à Senlis à quatre lieues de Paris ou un peu plus : Il a Roissy à l’orient & Tillay au couchant ; tous deux à une petite distance."

La premiere mention qu’on trouve de ce lieu est dans une charte d’Odon de Sully Evêque de Paris qui renferme un accord passé entre lui & l’Abbaye de Ste Geneviéve l’an 1202 au mois de juin. Ce Prélat traitant pacifiquement avec les Chanoines Réguliers au sujet de la paroisse de la Montagne Ste Geneviéve à Paris & de ses dépendances, leur donna de plus l’Eglise de Roissy en France, & en outre le Village de Vaudherland. Il est besoin de rapporter ici en entier le texte latin avant que de pouvoir raisonner sur ce qu’il contient.

"La situation de ce village est dans un petit valon sur le grand chemin de Paris à Senlis à quatre lieues de Paris ou un peu plus : Il a Roissy à l’orient & Tillay au couchant ; tous deux à une petite distance.
La premiere mention qu’on trouve de ce lieu est dans une charte d’Odon de Sully Evêque de Paris qui renferme un accord passé entre lui & l’Abbaye de Ste Geneviéve l’an 1202 au mois de juin. Ce Prélat traitant pacifiquement avec les Chanoines Réguliers au sujet de la paroisse de la Montagne Ste Geneviéve à Paris & de ses dépendances, leur donna de plus l’Eglise de Roissy en France, & en outre le Village de Vaudherland. Il est besoin de rapporter ici en entier le texte latin avant que de pouvoir raisonner sur ce qu’il contient.

Praetera Ecclesiam de Roissiaco dedit Episcopus Canonis memoratis ad eorum usum perpetuò possidendam cum additamento Villae quae vocatur Vallis-Dellandi : in qua Villa licebit praedictis Canonicis de Monte, si voluerit aedificare Capellam, Episcopi tamen juridictioni subjectam, et tam in Ecclesia de Roissiaco quam in ipsa Capella, sicut et in alliis eorum Ecclesiis Parochialibus ad curam animarum suscipiendam Presbyterum Episcopo praesentabunt.

Puisque l’Evêque Odon cédant Vaudherland aux Chanoines de Ste Geneviéve déclare qu’il leur sera libre de bâtir une Chapelle, c’est une marque que ce lieu de Vaudherland n’avoit aucune Eglise, & que c’étoit un simple hameau dont il pouvoit attribuer les peuples à Roissy ainsi qu’il le fait par le suite de cette charte. Il paroît au reste que les Chanoines de cette Abbaye ne tardèrent pas beaucoup à bâtir une Chapemme à Vaudherland. Cependant Jean Abbé de Ste Geneviéve remit dès l’année suivante au même Evêque que le soin pastoral de ce lieu, comme étant trop éloigné de Roissy : en récompense de quoi la Paroisse de Vanves proche Paris fut augmentée par lui. En 1205 les Droits Curiaux sur la Chapelle de Vaudherland furent donnés par le même Evêque de Paris au Prieur & Religieux de Dueil à condition que le Prêtre de Gonesse qui était à leur présentation en gouvernerait le peuple & recevrait les droits attachés au Service Curial..... Robert alors Prieur de Dueil s’était déja retenu le droit de bâtir à Vaudherland avec celle de Gonesse moyennant une redevance de bled qu’il se retint & qu’il assigna à l’Eglise de Ste Geneviéve... C’est ce qu’on lit avoir été ratifié dans le temps, ou même lorsque cela n’était encore qu’en projet, par Michel Abbé de saint Florent en Anjou & la Communauté.
En tous ces Actes le lieu dont il s’agit est appelé en latin Vallis Dellandi, ou Vallis Derlandi. D’où il s’ensuit que c’était une Vallée & Domaine d’un Seigneur appelé plus anciennement Herilandus, car le nom Dellandus ou Derlandus est absolument insolite & inconnu. On aura d’abord dit lors de l’origine de la langue romance Vaul d’Heriland, donc par la suite on aura retranché l’aspiration et la lettre i ce qui aura produit Vau Derland. Ce nom est encore plus altéré dans une charte de l’Abbaye de Livry ; on y dit qu’en l’en 1246, Jeanne fille d’Henri de Montfermeil donna aux hermites du même village de Montfermeil des terres situées à Vaudernant.
On ne sait point précisément le temps auquel la Chapelle de Notre-Dame de Vauderland fut détachée de Gonesse & rigée en Paroisse. Il est certain que ce n’est pas avant la fin du règne de S. Louis, puisqu’elle ne paroît pas dans le rang des Cures de ce temps-là. Les plus anciens Catalogues où je l’ai trouvée est le Pouillé écrit vers 1450 où elle est dite de Vallelandi & appartenir quant à la nomination au Prieur de Dueil. Ensuite celui du XV siècle qui met Valle Herlandi : & les autres où le nom est souvent défiguré. Le bâtiment de l’église qui subsiste, sur-tout celle de la Tour, fait voir qu’elle n’a pas été reconstruite depuis le XIII ou XIV siècle, mais seulement reparée & embellie.
Le Dénombrement de l’Election de Paris compte à Vaudherland 30 feux, & le Dictionnaire Universel du Royaume y marque 198 habitants. Le terrain est de labourages. Le Roy est Seigneur de cette Paroisse.
L’Ordre de la Charité de Notre-Dame, espèce de Freres Hospitaliers qui avoit commencé en Champagne sur la fin du XIII siècle, a eu dix-sept Maisons en France. L’une d’entre elles étoit à Vaudherland sous le Titre de S. Vincent. Elle subsistoit encore au XVI siècle. Le même Ordre étoit à Paris dans la Maison qu’on appelloit les Billettes."


Imprimer

Retrouvez ce contenu en ligne à l'adresse suivante :
http://www.vaudherland.fr/content/content969.html